Comment ça va ?

Comment ça va ? Thérapeute coach à Bordeaux avec Estelle Rolland

Comment ça va ?

Rien de plus facile, glissée dans l’indifférence, que cette question anodine ou la formule de substitution « ça va bien ? »

En fait, cette dernière question contient la réponse, tout est implicitement suggéré. C’est une injonction à laquelle nous nous sentons obligés de répondre par la positive « oui, ça va ». C’est le règne du politiquement correct, des apparences « du bien à toutes les sauces et situations ».

Déshumanisé, réduit à un ça, en quelque sorte «chosifié »… pour tenir l’autre et soi-même le plus loin de notre état intérieur.

Prononcée souvent dans la plus totale indifférence, cette question relève plus de l’automatisme, de la tradition, du convenu, des règles d’interactions sociales acceptées et que personne n’a vraiment envie de connaître la vraie réponse. Car, si en effet, notre interlocuteur osait, en dépit de la bienséance, répondre la vérité ?

Stupeur et tremblements…

Si nous avions l’honnêteté, le courage de répondre sur notre état intérieur. Ce qui suppose également de le connaître. Et si nous disions « merci de me demander, en fait je ne vais pas bien ».

Bien évidemment, cette réponse n’a pas pour objet de déverser son mal être sur l’autre mais lui indiquer que c’est une journée sans, un moment de vulnérabilité et non pas solliciter son indulgence mais juste sa compréhension.

L’autre n’est pas responsable de notre état, il/elle n’en a donc pas à en faire les frais, juste avoir cette connaissance pour mieux ajuster sa communication, son comportement, tout comme nous sommes responsables d’avoir énoncé notre vérité et d’en être responsables et respectueux dans nos relations.

Cette rentrée hors normes, placé sous le signe du covid, nous donne ainsi l’occasion de libérer notre parole.

L’épidémie a fait rentré dans notre vie personnelle, amicale, sportive et professionnelle notamment notre état de santé. Nous sommes amenés à vivre, contre notre volonté, des moments forts, voire douloureux, des changements de vie non consentis et afficher ce qui a toujours été considéré comme un secret.

Il est donc temps de mettre à profiter cet espace de parole pour parler aussi de son mal être. Aujourd’hui, force est de constater tous les impacts (évoqués déjà en 2020) sur nos comportements : comme il est difficile de se ré-insérer dans le flux, de refaire confiance, de se projeter, de garder le rythme, d’avancer, de vouloir se ré-adapter.

Nous sommes devenus malhabiles, isolés et solitaires, distants, anxieux, méfiants, quelques fois agressifs, démotivés en cherchant un sens à notre vie, à cette période inédite, imprévue, qui dure et qui a définitivement modifié nos vies, le monde.

J’y vois la résilience. Parce que nous avons l’opportunité de continuer à apprendre sur nous et les autres, constater que nous traversons les mêmes épreuves dont les formes différent, échanger, entendre et envisager de nouvelles perspectives.

Il est temps de reconnaître cela en nous, d’avoir le courage de solliciter de l’aide.

Être accompagné pour être rassuré, soutenu tant à un niveau personnel qu’en milieu scolaire, étudiant et professionnel constitue un axe de développement afin d’intégrer ces changements. Instaurer un dialogue soit en face à face ou sous forme d’entretiens collectifs, de groupes de paroles.

Que les événements de ces derniers mois prennent un sens et que nous leur donnions un sens pour mieux avancer sur notre chemin.

Et sans se sentir jugé, en accord avec soi même, pouvoir répondre, « je me sens mieux, merci ».

(PS : Au fait ! J’ai désormais un compte Instagram. N’hésitez pas à me suivre en cliquant ici : Mon Instagram)

#commentcava #covid #résilience #soutien #thérapeute

No Comments

Post A Comment